« L’art était devenu le centre de ma vie, ma passion. Et pourtant, je tournais en rond… La mort brutale d’un ami m’a fait réfléchir. J’ai découvert, en relisant les évangiles, que Christ était l’homme que je cherchais vraiment. Bon et respectueux, plein de douceur et pourtant ferme, Jésus Christ savait répondre à chacun, ou se taire. Il refusait de se laisser influencer par quiconque, amis et disciples compris. Je me suis surprise à l’admirer et à l’aimer. J’aurais souhaité le connaître quand il était sur terre, marcher avec lui, lui parler, l’écouter…

Un jour dans la prière, je lui ai parlé et j’ai senti la présence tangible de Dieu dans mon appartement. Petit à petit, je me suis ouverte à lui. J’ai été honnête avec Dieu : je lui ai parlé de mes frustrations et de tout ce qui m’empêchait de croire en lui. Il m’a ouvert ses bras. Il m’appelait à faire un choix, à lui appartenir, à devenir son disciple. J’ai répondu oui. Le démarrage de ma nouvelle vie a été difficile : il y avait beaucoup de dégâts à réparer. Un par un, le Seigneur a mis le doigt sur tous mes mauvais choix. J’ai avoué mes fautes passées et mis fin à mes liaisons sentimentales.

Je suis maintenant mariée, et alors que j’avais 43 ans, le Seigneur nous a donné un beau garçon.

A quoi m’a servi toute cette vie égoïste de créations artistiques insatisfaisante ? Je me suis finalement rendu compte que j’étais passée à côté de la source du vrai bonheur. La peinture reste mon activité favorite mais elle est passée au second plan, après ma relation avec Dieu ».

Marjorie